Évidemment, nous pourrions fermer les yeux

Mais nous pourrions aussi assumer et ne pas fléchir.

A trop vouloir pardonner, nous finissons par ne plus pouvoir rien faire ou dire.

Alors levons-nous et disons NON !